• Absinthe, la fée verte

    Après les Arts, un tout autre sujet, mais peut-être pas si éloigné que cela, puisque le troisième et le sixième art y sont intimement mêlés... 

    Absinthe planche

     

     Pourquoi vous parler de cette plante vivace herbacée
      mesurant environ un mètre ?

    Absinthe plante
    tout simplement parce que dernièrement je suis allée au musée de Pontarlier et qu'une pièce complète lui était consacrée.

     L'absinthe ou "fée verte" est surtout connue pour avoir été l'ingrédient de base d'une boisson du XIXe siècle.
    Rimbaud - Verlaine - Toulouse-Lautrec étaient des buveurs d'absinthe.

    Interdite dans de nombreux pays depuis le début du XXe siècle,
    les ligues de vertus disaient :

    "elle rend fou et criminel,
    fait de l'homme une bête et menace l'avenir de notre temps".

    Elle est à nouveau autorisée dans certains pays depuis quelques années.

    Les six plantes de base d'une absinthe sont :
    la grande et la petite absinthe, l'anis vert, le fenouil, la mélisse et l'hysope.

     alambics servant à la distillation de l'absinthe

    alambics servant à la distillation de l'absinthe

    reconstitution d'un café de l'époque

    Café

     différentes affiches

    affiches sur l'absinthe                         photos prises au Musée de Pontarlier

    Petite anecdote :
    le 11 août 1901, l'incendie de l'usine Pernod à Pontarlier permit de découvrir l'origine de la Loue (rivière de Franche-comté). En effet, un employé de l'usine eût l'heureuse idée  de vider les cuves d'absinthe dans le Doubs, afin d'éviter qu'elles n'explosent. Le lendemain, on en retrouvait des traces (odeur, couleur, goût), à la source de la Loue.
    Cet évènement est réputé comme étant la première coloration de l'histoire de l'hydrologie.

    Si vous voulez découvrir les cuillères, les carafes, les verres à absinthe, le rituel,
    enfin en savoir un peu plus, vous pouvez visiter le
    Musée virtuel de Pontarlier.

    clic images pour mieux connaître Toulouse-Lautrec - Rimbaud - Verlaine

    Toulouse Lautrec Arthur Rimbaud Verlaine par Courbet

    Impossible de faire un autre choix,  Courbet étant natif d'Ornans, petite ville près de chez  moi, un jour, je vous parlerai de lui.

    « Les neufs ArtsP'tits riens »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 3 Septembre 2014 à 00:32
    Commentaire n°1 posté par clerval le 08/08/2007 à 13h54
    J'allais parler de ces si jolies petites cuillères en argent , et je vois que tu les évoques . Je vais visiter ton musée virtuel . Merci !

    Réponse
    Lorsque j'ai découvert ces cuillères au musée, je suis tombée sous le charme, elles sont  ravissantes.
    Bonne soirée Clerval
     
    2
    Mercredi 3 Septembre 2014 à 00:32

    Commentaire n°2 posté par olivier Ferra le 08/08/2007 à 19h07
    Hey, c'est qu'on regretterait presque cette époque !

    Réponse
    Regretter...ces petits cafés au charme désuet... ces poètes disparus ou l'ivresse de l'asbsinthe ? il paraît que dans le Ht Doubs on trouve de la vraie de vrai...comme ils disent là-haut , mais ils se la gardent pour eux !!! les vacances approchent... à grands pas !
    biz

    3
    Mercredi 3 Septembre 2014 à 00:33
    Commentaire n°3 posté par Quichottine le 08/08/2007 à 23h26
    Décidément, j'aime bien venir me régaler chez toi de ces articles si complets !

    Réponse
    Merci Quichott' tu vois sur cet article  j'aurais aimé parlé un peu de Courbet... mais ça devient vite trop confus et un peu trop éloigné du sujet d'origine.. ce sera donc pour une autre fois !
    4
    Mercredi 3 Septembre 2014 à 00:34

    Commentaire n°4 posté par Pat le 08/08/2007 à 23h33
    A ta santé Kinou...avec modération...je parle pour moi !
    Je n'ai pas connu l'absinthe aimée des épicuriens ni la façon de la servir avec le sucre et l'eau dans ses magnifiques cuillères plus originales les unes que les autres mais la vie devait surement être plus simple et sympa du temps de Toulouse...
    Le charme est rompu ...même si depuis quelques temps on essaie de recommercialiser un apéritif du même nom qui s'apparente plus au "Pontarlier " ou "pont" , voire au Pastis , qu'à ce mythique et mystérieux breuvage.
    Le Père Nod

    Réponse
    Hé Père Nod...tu devrais écrire mes articles... tu as la plume facile... ou  les placer sur ton blog pour complèter mes photos...  je pourrais ainsi faire un lien ;-)) !

    5
    Mercredi 3 Septembre 2014 à 00:34
    Commentaire n°5 posté par Quichottine le 10/08/2007 à 02h27
    Courbet, tu peux en faire tout un article... Non ?

    Réponse
    Oui ie pensais mettre un article derrière celui de l'absinthe.. mais j'ai préféré changer de sujet car il me faut un peu de temps pour retrouver certains docs qui ne datent pas du numérique... si je les retrouve !
    6
    Mercredi 3 Septembre 2014 à 00:35
    Commentaire n°6 posté par Yvon le 03/05/2008 à 17h04
    Il faudra un jour que je goûte à ce breuvage... N'est-ce pas une forme de "potion magique" pour auteurs et artistes...
    (si c'est la cas, j'en aurais bien besoin :-)
    Juste pour sourire, on critique beaucoup "de nos jours" la publicité sexiste, qui a besoin de montrer une jolie file pour vendre une bière... Mais, en regardant les affiches, on a l'impression qu'ils étaient en avance sur leur temps, du côté de chez toi...

    Réponse
    Celle qui est maintenant à nouveau commercialisée, ressemble beaucoup au "Pontarlier", je ne sais pas si tu trouves cela chez toi, ça ressemble au Pastis !
    Quand tu regardes les anciennes pub, ce sont souvent des femmes, mais un peu plus habillées que maintenant ;-)
    7
    Mercredi 3 Septembre 2014 à 00:35
    Commentaire n°7 posté par Pierre le 06/08/2008 à 18h26
    J'aime la reconstitution du café de l'époque, on s'imagine sirotant une absinthe tout en discourant avec Rimbaud ou Verlaine, on peut rêver un peu ;-)
    Je sais maintenant à quoi ressemble l'absinthe, je n'avais vu cette plante !
    Merci Kinou pour ce bel article si bien documenté.

    Réponse
    Rêver ? oui, tu peux, ça m'arrive souvent, mais pas forcément de Rimbaud et Verlaine  ;-Þ
    Je vais t'avouer quelque chose...
    je n'ai jamais vu d'absinthe, j'ai piqué la photo je ne sais plus trop où sur le net ;-)
    Mais de rien Pierre, ça me fait plaisir qu'il te plaise.
    8
    Mercredi 3 Septembre 2014 à 00:35
    Commentaire n°8 posté par Quichottine le 13/08/2008 à 00h38
    Tu sais où j'en ai vu ? A Auvers sur Oise... au musée des impressionnistes.
    Je t'y emmènerai !

    Réponse
    Euh, la liste des visite s'allonge, je vais emporter ma tente et camper dans ton jardin ;-)

    9
    Mercredi 3 Septembre 2014 à 00:36
    Commentaire n°9 posté par Quichottine le 14/08/2008 à 09h46
    Pas besoin de tente, il y a de la place à l'intérieur !
    Mais fais la liste de tout ce que je dois te montrer, pour que je n'oublie rien !

    Réponse
    Je vais me faire un pense-bête, la liste risquant de s'allonger encore un peu  ;-)

    10
    Mercredi 3 Septembre 2014 à 00:36
    Commentaire n°10 posté par Yvon le 06/09/2008 à 20h19 µBonsoir,
    Je pense qu'il est l'heure de déguster un verre d'absinthe...
    As-tu pensé à prendre ta réserve avec toi :-)
    Je t'imagine, sur ta terrasse, le soleil disparait à l'horizon...
    et tu retrouves tout le goût des plantes...
    C'est cela l'amour de la nature :-)
    Bises

    Réponse
    Avec retard, mais dans le bon créneau horaire pour la dégustation  ;-)
    Je rectifie... le soleil se couche... je ferme les yeux... je rêve en respirant  les senteurs des fleurs gorgées de soleil...
    comme ce parfum si subtil du  "galant de nuit"   tu n'auras pas l'odeur, mais tu sauras ce que c'est  ;-)
    Bisous  Yvon

    11
    Mercredi 3 Septembre 2014 à 00:37
    Commentaire n°11 posté par Yvon le 10/09/2008 à 20h25
    Bonsoir,
    Avant de cliquer, je m'imaginais dans le rôle du "galant de nuit"...
    Mais, après avoir cliqué, je suis vraiment fou de jalousie...
    L'odeur du Jasmin et du tilleul...
    Probablement deux de mes fragrance préférées...
    Et en plus il ne supporte pas le gel...
    Il ne peut donc se plaire que dans ta Provence, loin des rigueurs de la mienne;
    Bises
    Réponse
    Et je t'assure que c'est un délicieux mélange...
    j'ai même trouvé qu'il y avait une petite pointe de miel dans l'odeur de cette fleur  ;-)
    Je pensais pouvoir en remonter un pot à la maison, mais hélas, comme tu l'as lu, elle est gélive.
    Je n'en profiterai donc que lors de mes séjours provençaux  ;-)
    Bisous Yvon
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :